À PROPOS

Menace

La photographie, c’est aussi une discipline cinématographique…

Depuis que je me suis improvisé photographe, je suis plus sensible, réceptif et appréciateur de ce que je peux voir au cinéma et à la télévision.

Une belle lumière, un cadrage, une dynamique, des couleurs, autant de composantes que doit gérer un “directeur de la photographie”, fonction d’un professionnel ô combien important dont on voit le nom paraître que trop rapidement dans les génériques des productions audio-visuelles.

L’un des films qui m’a le plus marqué, esthétiquement parlant, est Sleepy Hollow. Tim Burton nous avait habitué à ce genre d’ambiance décalée mais le côté inquiétant, glauque, quasi-irréel atteint un degré rarement atteint à ma connaissance.

Depuis, il me plaît de retrouver ce genre d’ambiance dans mes photos et c’est d’autant plus vrai que les occasions saisies sont rares. Pour cette photo, l’ambiance, la vision du noir et blanc s’est imposée sans aucun doute possible. Je suis encore loin de la perfection que j’évoque ci-dessus mais la tentation était trop grande…

Dormez-bien cette nuit 🙂
Cédric.

VOS MESSAGES

Donnez votre avis

Des félicitations, des encouragements ?
Ou l'envie de donner votre avis sur cette photo, d'en savoir plus ou tout simplement pour parler Photo ? Laissez moi un message, il sera toujours apprécié et source de motivation pour continuer à partager mon modeste travail. Merci !
S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
Inline Feedbacks
View all comments
Dendropogon

C’est vrai que le regard change, et que l’on peut se surprendre à apprécier plus souvent qu’auparavant le choix d’une lumière, d’un cadrage, ou d’un angle particulier.
L’ambiance dont tu parles (et que partagent la photographie et le cinéma) donne une identité, voire une personnalité à l’image. On reconnaît en effet la "patte" de Tim Burton même sur un film qu’on n’a pas encore vu.

Mais la photo a cette spécificité de devoir prendre sens en elle-même, tandis que l’image cinématographique se pense au sein d’un montage, c’est-à -dire en fonction de sa place par rapport aux scènes précédentes et suivantes.

Le photographe doit replier le temps sur l’espace, construire une scène voire une histoire dans un unique cadre (à moins d’en passer à une série, qui pose d’autres difficultés).

A voir sur le Blog

Ombre et lumière

Petit crochet vers le noir et blanc pour retrouver des contrées arides et acérées […]

Ton sur Ton

Comme je vous l’avais promis, revoici Nala. Petite modèle bien docile et, ma foi, plutôt mignonne, non ? […]

Porte de Roubaix

Comme bien des villes, Lille conserve les reliques d’anciennes portes qui gardaient la ville, comme la Porte de Roubaix […]